Inferius Torment – Ceremony of Godslaying (2012)

l y a des manières d’apprendre à connaître un groupe qui peuvent être assez particulières. Ainsi, c’est en lisant une dépêche de presse, publiée à la fin de l’année dernière, que je découvre la formation russe Inferius Torment, dont le leader vient d’être arrêté et accusé d’un crime mystérieux! Le communiqué précise toutefois que le nouvel album du groupe verra quand même le jour. C’est donc avec un intérêt certain que je jette l’oreille sur Ceremony of Godslaying (2012) lorsque celui atterrit finalement dans ma boîte de réception. Pour des raisons assez obscures, la musique réalisée par des gibiers de potence aiguise toujours ma curiosité.

Et celle-ci n’est pas déçue. Au programme, près de quarante minutes de Black Metal satanique infligé sans précaution. La qualité de la production est impressionnante, surtout pour un groupe russe (la réalisation de l’album au fameux Stage One Studio n’y est sûrement pas étrangère). En effet, le pays des Tsars n’a pas très bonne réputation en cette matière, nous infligeant depuis longtemps des albums au son minable. Quant à la composition, elle mise énormément sur une rythmique lourde et agressive, mais sans exclure des introductions ou des passages plus subtils. Ainsi, si Agnus Dei nous envoie un direct à la tête, des titres comme Diabolical Key ou Sola Sciptura nous infligent plutôt de douloureux jabs au corps. Les ressemblances avec le Black Metal brutal pratiqué en Pologne et en Suède sont tout de même assez manifestes, et une chanson comme Funeral of a Christian God pourrait sans gêne se retrouver sur un album de Marduk ou d’Infernal War. Phénomène rare dans le Black Metal, la dernière chanson est à mon avis la meilleure. Unbaptized Flames est une excellente pièce qui alterne les passages ultra rapides et d’autres pesants comme une tonne de briques.

Inferius Torment constitue une excellente surprise et ce deuxième album prouve leur sérieux. J’espère toutefois que les problèmes légaux du chanteur du groupe sera brève afin de ne pas briser leur ascension. À découvrir, pour quiconque aime saigner des oreilles ! (English version)

Label : World Terror Committee

Durée : 37:21

Parution : 17 janvier 2012

Les commentaires sont fermés.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 437 autres abonnés