Deviant Messiah – Defiling Massacre EP (2011)

ongtemps perçue comme le désert du Black Metal, la scène française commence à se tailler une place dans cet univers tordu. Plusieurs bonnes formations émergent ou se consolident d’albums en albums, telles que Merrimack, Svart Crown, Deathspell Omega ou encore Blut Aus Nord. Et bien il faudra désormais ajouter Deviant Messiah à cette liste. La formation originaire du Mans nous offre cette année un premier EP qui illustre à merveille la nouvelle vitalité du métal extrême hexagonal.

S’inscrivant dans le courant du Blackened Death Metal, ce quintette propose – avec  Defiling Massacre (2011) – un disque bourré de gros riffs qui empruntent tant au Death qu’au Thrash Metal américain. Les influences de ses membres sont d’ailleurs transparentes, au premier rang desquelles on retrouve Slayer ! C’est particulièrement le cas pour la courte pièce Mental Disease, dont l’introduction rappelle assez clairement celle de 213, qu’on retrouve sur Divine Intervention (1994) ! Toutefois, s’inspirer ne signifie pas plagier. Les membres de Deviant Messiah apportent leur propre touche – directe et brutale – à celle de leurs idoles. Foin de subtilité, le groupe est là pour cogner ! L’album démarre sur les chapeaux de roue avec, coup sur coup, Sacrifice by Gore et Dissonant Death qui mettent agressivement la table. Après deux pièces plus moyennes et un court intermède, Burn The Rainbow rehausse le tout avec son riff principal importé tout droit la Bay Area de San Francisco ! Le disque se conclut avec Kaizer (ma préférée) et Messe Noire, qui reposent toutes deux sur de superbes et sombres ambiances, marquant l’influence du Black Metal sur le groupe.

Defilant Massacre (2011) est à classer sans gêne avec les parutions germaniques ou scandinaves équivalentes et Deviant Messiah est un groupe qu’il faudra garder à l’œil.

Les commentaires sont fermés.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 438 autres abonnés